vendredi 14 octobre 2016

171 - Si j’avais les souliers

Sous l'influence des média qui nous abreuvent de commentaires à propos de la « fashion week » nous avons décidé, nous aussi, de faire notre défilé de mode. En fait, c'est une revue de détails que nous propose cette chanson énumérative.
Moins cotées que les complaintes ou les chansons « à texte » ces énumérations constituent pourtant une part importante du folklore dans notre région et ailleurs. Pour le grand public elles sont très souvent confinées au répertoire enfantin. Mais à leur origine ce sont bien des chansons d'adultes : chants à la marche, à danser ou encore pour la table ou la veillée. Notre histoire de souliers accumule progressivement, couplet après couplet, tout l'habillement. C'est ce qu'on appelle une randonnée.
Alors, chaussez vos souliers nous partons en randonnée.
Pour lire la suite et écouter la chanson:


Une randonnée c'est une « énumération à reprise récapitulative »(1). Contrairement aux chansons énumératives simples où on se contente de changer de sujet à chaque couplet, cette fois chaque reprise inclut les couplets précédents. Cette récapitulation est un véritable exercice pour le chanteur, qui le tient en haleine aussi bien que ceux et celles qui répondent. Les plus connues sont sans doute, le nid dans le bois :
Dans ce petit bois savez vous ce qu'il y a / Y'a un nid...et dans ce nid, etc
ou bien Biquette qui ne veut pas sortir des choux.
Le thème des vêtements est très présent dans ce type de chansons. On le trouve fréquemment dans des chansons à la dizaine. Par exemple : (2)
Mon petit gilet à dix boutons, marchons
marchons légère, légère
marchons légèrement
Habillage et déshabillage aussi dans des chansons énumératives simples :
là j'ai vu la chemise du roi
la chemise de ses noces, marchons à la noce...
à suivre en remplaçant chemise par paletot, caleçon, cravate, chapeau, etc
Parmi les randonnées on peut aussi citer des chansons de vêtements perdus ou vendus pour aller boire, comme la guenille à Pierrot, dont deux versions figurent dans le « Folklore du mariage » second volume des collectes de Fernand Guériff (3)
Notre chanson de la semaine a été largement diffusée. On en a trouvé des exemples un peu partout en France aussi bien qu'en Italie (dans le Piémont), en Louisiane et surtout au Québec où elle a été très bien conservée. Le refrain le plus souvent associé à ce texte :
Mes souliers sont rouges
adieu ma mignonne, adieu mes amours
pourrait faire penser au départ des conscrits.
Malgré la présence d'un capitaine et de moussaillons dans celle ci, elle ne semble pas provenir du répertoire des marins. Elle a beaucoup été colportée par les mouvements de jeunesse. En raison du nombre variable de vers, les randonnées se prêtent mal à danse et beaucoup plus à la marche. Ce qui n'aurait rien d'illogique pour un texte qui insiste sur les souliers! Et, comme ici, sur les talons. D'une chanson à l'autre, les refrains subissent les variations habituelles :
mes souliers sont ronds
mes souliers à bouts carrés
mes souliers sont de papier
mes souliers sont rouges
mes souliers sont de cuir doux
mes souliers à boucle rouge
etc
Puisqu'il est question de talons dans le refrain, une curiosité relevée au Canada nous y renvoie. Il s'agit d'une énumérative de vêtements sur le thème J'ai perdu hier soir ici la chemise de mon mari. Tout l'habillement y passe et au refrain cela donne :
C'est toi qui l'a pris – mais non t'as menti
Mais qu'est ce qui l'a donc- c'est Marie Thalon
C'est Marie-Thalon dondaine ...dondé  (4)
Attention, un dernier conseil pour terminer ; le refrain de cette chanson a tendance à persister si longtemps dans la tête que la seule solution pour s'en débarrasser...c'est de chanter une autre chanson. Alors à la semaine prochaine.

notes :
1 – définition due aux folkoristes, notamment Coirault et Laforte
2 - Deux exemples tirés du CD « chants à la marche », n°1 de la collection « en Loire-Atlantique » publiée par Dastum 44 (voir page éditions)
3 - Le folklore du mariage, tome 2 du Trésor des chants populaires folkloriques du pays de Guérande – édité par Dastum 44, et toujours disponible.
4 - « endisqué » en 1924 sur un 78 tours par Alexandre Desmarteaux, chansonnier québécois

interprète : Daniel Lehuédé + réponses : Jean-Louis Auneau et Hugo Arribart
source:  Thérèse Rinfray, à la Haute Reverdière, en Soulvache (44), collectée par Patrick Bardoul en janvier 1989
catalogue P. Coirault : Les souliers que ma mère m’a donnés (Habillement – N° 10201)
catalogue C. Laforte : Si j’avais les beaux souliers (4-Eb-02)

Si j’avais les souliers

Si j'avais les souliers que mon père m'a donnés (bis)
refrain
Les souliers sont en papier et les boucles en acier,
Mais les talons
Mais les talons sont ronds et adieu capitaine
Mais les talons sont ronds et adieu moussaillon

Si j'avais les chaussettes que mon père m'a données (bis)
Les chaussettes sont mal faites…

Si j'avais l’pantalon que mon père m'a donné
Le pantalon est bien trop long
Les chaussettes...

Si j'avais la chemise
La chemise est bien trop fine

Si j'avais la cravate
La cravate est bien trop plate

Si j'avais le gilet
Le gilet est étriqué, la cravate

Si j'avais le veston
Le veston n'a plus de boutons

Si j'avais le chapeau
Le chapeau est bien trop haut

Si j'avais les deux gants

Les deux gants sont bien trop grands

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire