vendredi 19 juin 2015

110 - Le garçon marinier

La chanson que nous vous proposons cette semaine a été publiée dans le tome 4 des ouvrages de Fernand Guériff, consacré en partie à la danse (1). Ce bal paludier a été recueilli par Guériff auprès du cercle celtique des paludiers, à Saillé. Pourtant, ce n'est pas vraiment une chanson traditionnelle.
Dans ce cas, nous direz vous, c'est rudement bien imité. Nous avons là, en une dizaine de vers, un véritable catalogue de la tradition francophone regroupant un certain nombre d'images, voir de clichés présents dans plusieurs chansons types. Cette simple coïncidence est déjà une indication de la facture récente de ce texte. Le refrain inédit en est une autre. Mais voyons tout cela en détail :


Si le début de la chanson pourrait faire penser au navire merveilleux, la suite nous renvoie à l'histoire du petit navire : sept ans sans voir la terre. Le troisième couplet est plus équivoque. Qu'entendez vous par : mouillé son ancre ? Les dames de la côte ont adopté le comportement de celles qui marchandent le blé, mais la transaction ressemble plus à un épisode du petit mercelot : que vendez vous...diamanteries. Enfin, c'est un oiseau familier des chansons traditionnelles qui assure la fin de l'histoire. Il n'est pas dans son rôle de messager des amoureux mais adopte une métaphore sexuelle on ne peut plus claire.
Bref tous les ingrédients d'une bonne chanson de tradition sont là, rassemblés par un connaisseur talentueux. Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps.
Dans les temps où Guériff collectait cette chanson, son auteur, Yvon Guilcher, la publiait dans un ouvrage intitulé le livre des chansons à danser (2).Il y a compilé 130 chansons à répondre pour danser un grand nombre de rondes, de la carole moyenâgeuse aux ronds de Saint Vincent ou d'Argenton en passant par les bals ronds du pays de Guérande. Certaines sont issues de la tradition; d'autres sans plus de précisions, sont des arrangements ou des compositions.
Avant cette publication, la chanson avait été enregistrée sur le 33 tours « Pré-folk – la préhistoire du folk – chansons à répondre » rassemblant Jean-François Dutertre avec Naïk Raviart, Mône Dufour et Yvon Guilcher (3). Le répertoire est le même : des chansons à danser dans la ronde interprétées à capella. Si la pochette est assez avare d'information sur les sources, il suffit de consulter le disque lui même pour constater que quatre des chansons sont dues au fils de l'illustre ethno-musicologue Jean-Michel Guilcher. Celui ci a d'ailleurs signé les commentaires de présentation où il explique, à propos des compositions : « ...S'ils reproduisent des versions reçues, il leur arrive aussi de transposer des textes traditionnels sur des airs nouveaux...Ils ont si bien assimilé les clichés de l'ancienne poésie populaire qu'ils en composent à l'occasion des pièces entièrement nouvelles. Et cela avec assez de bonheur pour que certaines, communiquées oralement, passent pour déjà locales et anciennes dans les groupes qui les ont récemment accueillies sans en connaître l'origine ».
Cette conclusion s'adapte fort bien à l'adoption de notre chanson par le cercle des paludiers de Saillé. La chanson est de qualité et présente beaucoup de similitudes avec un texte traditionnel. On peut s'y laisser prendre. Y. Guilcher explique lui même que certaines personnes chantant ses compositions lui ont affirmé mordicus les tenir de la tradition orale et qu'il a eu beaucoup de mal à les en faire démordre. Il n'a d'ailleurs jamais cherché à en revendiquer la paternité et s'amuse de les voir acquérir un statut de chanson traditionnelle.

notes
1 – faut il vous rappeler que c'est Dastum 44 qui est responsable de cette édition, conjointement avec le parc naturel régional de Brière ? Faut il encore ajouter que vous pouvez vous le procurer en visitant la rubrique « nos éditions » ?
2 – édité par l'ADP (atelier de la danse populaire) dans la série « la recherche en danse » en 1986
3 – C'est pas un disque ; c'est une réunion de famille ! - Également sous titré « chansons de tradition pour danser » – publié en 1973 EMI-Pathé C062-12483 – C'est un garçon marinier : n°112 page 155.

recueilli par Fernand Guériff à Saillé (Guérande), auprès du Cercle Celtique des Paludiers
publié dans Le Trésor des chansons populaires folkloriques,  vol. 4, page 67
interprètes : Janick Péniguel et Séverine Bourdeau

LE GARÇON MARINIER

C'est un garçon marinier, qu'a fait faire un navire (bis)
Qu'a fait faire un navire, j'aime l'eau le long de la la la
Le long de l'eau, le long de l'île, j'aime la belle, le long de l'eau

Est resté près de sept ans sans jamais voir la terre (bis)
Sans jamais voir la terre, j’aime l’eau le long de la la la….

Au bout d'la septième année, il a mouillé son ancre…

Toutes les dames du bord de l'eau sont v'nues à son navire…

Que vendez-vous, marinier, lui dit la plus jolie…

J'ai des robes de velou’ et des diamanteries…

J'ai un doux rossignolet qui chante jour et nuit(e)…

Au chant du rossignolet, la belle s'est endormie…

Chante, beau rossignolet, t'auras ta récompense…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire