vendredi 19 janvier 2018

232 - Le moulin de Saillé

Les moulins à vent, ou à eau, et leurs occupants, meuniers et meunières, ont une place importante dans la chanson traditionnelle. Lieux incontournables de l'économie des siècles passés ils sont aussi lieux de rencontre et d'aventures souvent comiques, parfois grivoises. Point de cela dans ces quelques couplets car la petite histoire locale du moulin de Saillé, en Guérande, est l’œuvre...du curé de Saillé !
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 12 janvier 2018

231 - Rêves-tu Ninette

Les paroles de cette chanson ne vous apprendront rien. Ou alors, vous seriez bien les seuls à ne pas les connaître. La « claire fontaine » -et ses dérivées- est la deuxième chanson la plus collectée, et donc la plus chantée, dans toute la francophonie (1).
Si nous vous en proposons une cette semaine c'est en raison du contraste entre cette popularité indiscutable et la rareté de son refrain. Cette Ninette rêveuse est un exemplaire unique, dont l'origine nous laisse, nous aussi, rêveurs. Nous devons son recueil à Jean Tricoire, le premier des chercheurs ayant réalisé une collecte systématique dans le pays de Chateaubriant.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 5 janvier 2018

230 - Janvier près d'un bon feu

Pour bien commencer l'année, il faut s'y prendre au mois de janvier. C'est ce que proclame une de vos chansons préférées de ce blog (1). Les plus appréciées ne sont pas toujours les mélodies les plus élaborées. Celle ci, dont le timbre ne vous est sans doute pas inconnu, devrait vous en convaincre.
Les énumérations de jours ou de mois servent de base à plusieurs chansons. La Perdriole est sans doute la plus connue : « au premier mois de l'année que donnerai-je à ma mie... ». Il n'existe cependant qu'un seul exemple de texte détaillant les douze mois de l'année à raison d'un couplet pour chacun. Nos archives sonores en présentent des traces, souvent incomplètes. C'est donc une reconstitution que nous vous proposons pour débuter cette nouvelle année.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

dimanche 31 décembre 2017

vendredi 22 décembre 2017

229 - M’y promenant à l’ombrage

Un peu de douceur dans ce monde de brutes, voilà qui nous changera des chansons où l'on tue par amour ou par intérêt. Un peu de poésie, pleine de rayons de soleil et de senteurs de roses, voilà qui nous sortira de la grisaille hivernale. Un peu d'amour sincère, voilà qui nous déconnectera des délires médiatiques où tout est prétexte à la marchandisation.
Les belles endormies ont souvent droit de cité dans ce blog. C'est la troisième depuis le début 2017 (1). Le procédé est toujours le même : l'amant cueille une rose et la met dans la main, ou sur le sein de la fille avant de s'en aller. Mais cette fois il est plus délicat ; et la belle s'éveille à temps !
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 15 décembre 2017

228 - Noël en Brière

Noël, Noël, chantons tous Noël ! Les fêtes approchent. Dans les grandes surfaces, les chefs de rayon font déjà le bilan des ventes de jouets. Dans les églises, crèches et cierges sont déjà en place pour accueillir les fidèles de la messe la plus fréquentée de l'année. Dans les élevages, les dindes les plus politisées se demandent s'il n'est pas déjà trop tard pour entamer une grève de la faim de protestation. Tout est prêt pour l'événement qui associe chaque hiver le commerce, la religion et la grande bouffe.
Les chansons de Noël constituent un genre à part dans la tradition. Très populaires en toutes régions, elles donnent lieu à des adaptations souvent très localisées, comme celle-ci, composée en Brière.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 8 décembre 2017

227 - Gai rossignolet du bois

Le moins qu'on puisse dire de cette chanson c'est qu'elle est énigmatique. Ce n'est pas dans le sens d'énigme policière comme la complainte de la semaine dernière, encore qu'ici aussi il soit question de tuer. Mais, justement, cette façon de vouloir se débarrasser d'un rival amoureux nous paraît trop abrupte pour qu'on puisse l'interpréter au premier degré. Cette histoire a, sans doute, une autre origine difficile à déceler.
L'air que nous interprétons est lié à une variante de rond du pays paludier, dansée au Croisic. La chanson semble très connue dans la presqu'ile guérandaise où elle a été recueillie de plusieurs sources et à plusieurs époques. Une de ces sources figure dans notre Anthologie du patrimoine oral de Loire-Atlantique (1), publiée en 2012.
Pour écouter la chanson et lire la suite: