vendredi 8 décembre 2017

227 - Gai rossignolet du bois

Le moins qu'on puisse dire de cette chanson c'est qu'elle est énigmatique. Ce n'est pas dans le sens d'énigme policière comme la complainte de la semaine dernière, encore qu'ici aussi il soit question de tuer. Mais, justement, cette façon de vouloir se débarrasser d'un rival amoureux nous paraît trop abrupte pour qu'on puisse l'interpréter au premier degré. Cette histoire a, sans doute, une autre origine difficile à déceler.
L'air que nous interprétons est lié à une variante de rond du pays paludier, dansée au Croisic. La chanson semble très connue dans la presqu'ile guérandaise où elle a été recueillie de plusieurs sources et à plusieurs époques. Une de ces sources figure dans notre Anthologie du patrimoine oral de Loire-Atlantique (1), publiée en 2012.
Pour écouter la chanson et lire la suite:

vendredi 1 décembre 2017

226 – Le crime du Pont du Cens

Attention ! Cœurs sensibles et oreilles délicates, éloignez vous. Nous renouons aujourd'hui avec une tradition sanguinolente et vindicative : la complainte criminelle. Nous avons déjà tout dit sur ces feuilles volantes qui diffusaient dans le bon peuple des résumés d'affaires sur le thème crime et châtiment. La radio puis la télévision on porté un coup définitif à ce média populaire.
L'affaire qui nous occupe aujourd'hui ne remonte qu'à 1929. Elle utilise un air connu, œuvre de M . Eugène Feautrier à qui Théodore Botrel doit une grande partie de son succès. Le timbre de la Paimpolaise a sans doute été le plus utilisé au 20è siècle, comme l'air de Fualdès le fut au 19è. Plus que sur la musique c'est sur certains détails troublants que nous allons nous attarder, avant de donner aux amateurs de ces complaintes une bonne adresse.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 24 novembre 2017

225 - Par un beau soir

Quand viendra le jour d'accomplir nos amours ? Dans cette chanson, la réponse est donnée par les parents qui jugent leur fille trop jeune pour s'engager dans une relation sérieuse. Dépité, l'amoureux parle de finir ses jours, retiré du monde. La réaction peut paraître excessive, d'autant que la réponse n'est sans doute pas définitive. Ah, l'impatience de la jeunesse !
Cette belle mélodie est bien présente dans toute une zone qui va de Saint Nazaire à Loudéac, et particulièrement autour de l'estuaire de la Vilaine.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 17 novembre 2017

224 - L’empoisonnement du mari

L'histoire d'une femme à qui on enseigne comment empoisonner son mari fait immédiatement penser à la complainte italienne Dona Lombarda. Bien qu'elle soit assez peu présente dans la tradition française, elle a été popularisée par le groupe Malicorne, dans les années 80 sur la base d'une version originaire du Cantal.
Pas de Dame Lombarde dans notre chanson ; pas de roi revenant de la chasse ni d'enfant au berceau qui parle miraculeusement. Pourtant nous avons à faire au même procédé que dans la complainte italienne, si ce n'est que la fin est plus morale et moins dramatique.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 10 novembre 2017

223 - Trois coups frappe à la porte

Voici l'histoire d'un galant bravant les intempéries pour faire le siège de la maison de sa belle en espérant une réponse positive. La suite n'est plus vraiment une chanson d'amour. C'est un dialogue préparant la rupture que nous propose cette version du « galant à la neige » récoltée dans le pays de Châteaubriant. Après l'avoir invité à passer par la porte ou la fenêtre de derrière, la jeune fille congédie brutalement son amant en lui disant qu'elle en aime un autre.
C'est l'une des nombreuses chansons dont nous n'avons pu retenir l'original - faute de place - sur le double CD que nous venons de publier. Un ouvrage que nous vous conseillons d'inclure dans votre commande au père Noël, puisque c'est la saison (1)
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 3 novembre 2017

222 - Là-haut sur la montagne

Chanson d'amour, chanson à boire ou combinaison des deux ? Voici à nouveau un texte qui mélange les genres. S'il est difficile de se prononcer d'une manière définitive c'est que le choix de l'interprétation et les circonstances peuvent en faire tantôt un refrain de libations tantôt une complainte amoureuse.
Nous l'avons incluse dans notre CD « chants des plaisirs de la table » (1) parce qu'elle se prête bien à cette utilisation autour d'un verre en comparant les plaisirs de l'amour et ceux de la boisson. Le dosage des deux varie d'une version à l'autre de cette chanson. Aux couplets qui utilisent des métaphores bucoliques à base de moutons, de papillons ou d'abeilles, viennent s'ajouter d'autres bâtis sur le même principe, à la gloire du vin.
Pour écouter la chanson et lire la suite :

vendredi 27 octobre 2017

221 - Belle Clarisse

Voilà quelque temps déjà que nous n'avions pas publié de chanson de bergères. En voici une dont la rareté ajoute à la beauté. Elle fait partie de ces textes en forme de dialogue entre une bergère et un monsieur qui, comme souvent dans ce type de chansons, se prend un râteau, pour reprendre une expression autant imagée que populaire.
Notre source c'est Félix Aoustin, grand chanteur de Saint-Joachim dans la Brière dont le répertoire nous est parvenu grâce aux collectes de Raphaël Garcia. Les informations qu'il a recueillies prouveraient que cette histoire était connue d'autres chanteurs du même secteur. En revanche on ne la trouve nulle part ailleurs dans notre zone géographique.
Pour écouter la chanson et lire la suite :